9 tendances alimentaires pour le végétal en 2021

Le challenge Veganuary, porté pour la première fois en France par L214, vient de s’achever. Des dizaines d’entreprises en ont profité pour développer leur gamme végétale et valoriser leurs produits vegan.


Les milliers de personnes inscrites ont également pu tester des recettes et des alternatives pendant un mois. Nombreuses sont celles qui désormais feront la part belle au végétal dans leur alimentation.  


L’équipe L214, relais de cette campagne, en a profité pour relever les tendances qui montent dans ce secteur et vous en faire profiter.


1) Le bon filon des légumineuses et autres protéines végétales

protéines végétales
La protéine de soja est aujourd’hui majoritairement présente dans les alternatives végétales. Ses qualités protéiques exceptionnelles, son goût plutôt neutre et son coût assez faible en font un ingrédient de base idéal. Cependant, beaucoup de consommateurs mal ou peu informés associent le soja réservé à l’alimentation humaine à celui issu de graines OGM, cultivé au Brésil et destiné à la consommation des animaux élevés pour leur viande.

Pour se diversifier, les industriels commencent à utiliser différentes sources protéiques végétales telles que le pois, les légumineuses et les algues. Et la France encourage ce mouvement avec le nouveau « plan protéines végétales », lancé en 2020 par le ministère de l’Agriculture, visant à augmenter la production de légumineuses sur notre territoire.

2) Le boom des fromages d'origine végétale

Saviez-vous qu’il existe plus de 1 200 types de fromages laitiers rien qu’en France ? Le secteur des fromages d’origine végétale n’en est qu’à ses débuts et offre de plus en plus de possibilités. 

Il existe déjà des recettes vegan à base de soja, d’huile de coco ou encore de noix de cajou. Comme pour leurs homologues conventionnels, certains sont produits à l’échelle industrielle (Nature et Moi, Violife…) et d’autres de manière artisanale (Les Nouveaux Affineurs, Tyk, Tomm’Pousse…). L’arrivée prochaine des références iconiques du groupe Bel dans leur version vegan – Kiri, Boursin, Babybel et Vache qui rit – devrait répondre à une demande croissante, identifiée notamment par l’enquête menée par Veganuary en 2020 : 38 % des participants déclarent que les alternatives au fromage ne sont pas assez disponibles.

D’autres innovations en matière d’ingrédients sont également attendues cette année, comme le fromage fabriqué à partir de graines de chanvre et de choux-fleurs « moches » par la société américaine Grounded Foods. 

fromage vegan

3) Charcuterie alternative et éthique

L’offre d’alternatives à la viande de bœuf et de poulet est de plus en plus large : aiguillettes, émincés, steaks, saucisses à cuire…

En revanche, du côté des alternatives au jambon, lardons ou saucisses charcutières (chorizo, saucisson, salami), le choix est inexistant en grandes surfaces. Une poignée d’entreprises (principalement allemandes et anglaises) se partagent le créneau depuis plusieurs années, mais leurs produits ne sont disponibles que dans des enseignes spécialisées. 

On peut toutefois nommer Linck, entreprise monégasque pionnière, qui fabrique depuis plus de vingt ans des gammes complètes de charcuteries à la demande de professionnels de l’agroalimentaire du monde entier.

4) Plus de choix dans les saveurs marines

saveurs marines végétales

La réduction de la consommation de viande engendre parfois un report vers les poissons et autres animaux aquatiques pourtant largement surexploités. En effet, rien qu’à l’échelle de la Méditerranée, 89 % des populations de poissons ne se renouvellent pas. 

Actuellement, moins de 30 entreprises travaillent sur des produits de la mer alternatifs dans le monde, contre plus de 100 entreprises sur les alternatives à la viande (d’origine végétale ou cellulaire). 

En France, des entreprises commencent tout juste à développer des recettes, comme le « caviar » d’Umiami, les perles d’algues d’Ikea ou le Solmon d’Odontella. Il reste donc de nombreuses places à prendre sur ce marché porteur.

5) Des alternatives végétales plus saines et moins transformées

Les consommateurs sont aujourd’hui plus avertis que jamais et veulent des aliments sains. Cela se traduit par des listes d’ingrédients plus courtes, moins de matières grasses, moins de sucre et moins d’additifs. Au fur et à mesure que l’offre augmente, cette préoccupation prend de l’ampleur et devient centrale pour les acheteurs d’alternatives aux produits d’origine animale prêts à consommer, soucieux de leur santé. 

6) L'ère des aliments végétaux moins chers

L’offre des aliments vegan s’élargit un peu plus chaque mois. Des entrées aux desserts, en passant par les fromages et les substituts à la viande ou au poisson, toutes les catégories voient fleurir de nouvelles références. Pourtant, les prix restent encore élevés, décourageant les potentiels acheteurs et perpétuant l’image que l’alimentation végétale est onéreuse.

 

Offrir des alternatives aux produits d’origine animale à des tarifs abordables est l’une des clés de la réussite. La hausse de la demande permettrait de diversifier et de baisser les prix. 

 

Un autre levier pourrait venir des implantations européennes d’usines de marques, telles que l’entreprise américaine Beyond Meat. Cette augmentation de la capacité de production et la réduction des coûts liés au transport devraient rendre leurs produits accessibles à un plus grand nombre de consommateurs. 



vegan moins cher

7) Développement des gammes végétales dans les supermarchés en marques distributeurs

En France, 23 millions de Français sont recensés comme flexitariens selon une étude réalisée par le cabinet Xerfi, et les supermarchés souhaitent profiter de cette opportunité. 

Les grandes enseignes ont ainsi accéléré leurs innovations pour proposer leurs propres alternatives à des tarifs compétitifs. Carrefour a ainsi été pionnier sur le segment, en créant en 2015 la marque Carrefour Veggie, qui s’enrichit très régulièrement de nouveaux produits. D’autres grandes enseignes, telles que Casino, Monoprix, Picard ou encore Aldi, rejoignent le mouvement.

8) Des emballages plus écoresponsables pour les produits d'origine végétale

emballage responsable

La consommation responsable prend en compte l’ensemble de la chaîne de production. Les produits vegan génèrent de faibles émissions de gaz à effet de serre en comparaison des aliments d’origine animale. Mais souvent, ces produits sont proposés dans des contenants en plastique à usage unique difficile à recycler. 

 

Les clients attendent davantage de leurs marques végétales préférées : ils sont 72 % à plébisciter des emballages recyclables selon une étude réalisée par Citéo en juillet 2020. Les emballages compostables, réutilisables et/ou rechargeables, seront donc à privilégier pour correspondre aux convictions des acheteurs et répondre aux enjeux environnementaux.



9) L'émergence de l'agriculture vegan

Les systèmes agricoles devront évoluer pour avoir une chance de faire face à la crise alimentaire induite par le changement climatique, qui menace d’exacerber la pauvreté, les inégalités et la malnutrition.

L’agriculture vegan est une approche de la culture basée sur le respect des animaux ainsi que de l’environnement et de la santé humaine. 

Si l’agriculture biologique permet aux agriculteurs d’utiliser des engrais d’origine animale (fumier, farine d’os, émulsion de poisson, coquilles d’œuf), l’agriculture végétalienne se limite aux produits issus de la terre. D’ici quelques années, cette philosophie de culture exclusivement végétale devrait être aussi populaire que l’agriculture biologique.



agriculture vegan

Conclusion : d’autres tendances à surveiller

Nous avons souhaité mettre en avant les tendances qui toucheront le plus le marché français en cette nouvelle année. D’autres innovations venant d’outre-Atlantique et d’Asie sont toutefois à suivre de près ! 

L’agriculture cellulaire par exemple, qui permet de produire de la viande, du poisson ou des produits laitiers à partir de cellules, vise à remplacer la viande industrielle. Si elle tenait ses promesses, cette viande dite cultivée pourrait avoir un impact réduit sur l’environnement et les animaux par rapport aux procédés d’élevage conventionnels. Les tout premiers nuggets cultivés sont d’ailleurs déjà servis aux clients du restaurant 1880 à Singapour. 

Les différentes techniques de fermentation offrent dans leur ensemble de nombreuses perspectives : l’amélioration des qualités organoleptiques des aliments végétaux, la production efficace et rapide de protéines à l’aide de microorganismes et l’élargissement d’une offre alimentaire durable. C’est un savoir-faire bien connu par ailleurs : ces techniques sont utilisées par exemple pour la production d’insuline.

L’année 2021 devrait ainsi voir apparaître de plus en plus d’initiatives suscitant des débats, de l’intérêt et de l’appétit de la part des entreprises et des consommateurs.



Sources globales : 

Sources Intro

Sources par item : 

1/ Le bon filon des légumineuses et autres protéines végétales  

2/ Le boom des fromages d’origine végétale 

3/ Charcuterie alternative et éthique

4/ Plus de choix dans les saveurs marines

5/ Des alternatives végétales plus saines et moins transformées

6/ L’ère des aliments végétaux moins chers

  • MSN

7/ Développement des gammes végétales en marques distributeurs dans les supermarchés

8/ Des emballages plus écoresponsables pour les produits d’origine végétale

9/ L’émergence de l’agriculture vegan